L'histoire du Collectif

Découvrez l’évolution du Collectif du Château de Verchaüs

Assemblée générale, foule, arbre, cèdre Collectif du Château de Verchaüs, Viviers, Ardèche, résidence, atelier
Assemblée Générale 2019

L’association le Collectif du Château de Verchaüs a été créé en 2005 par : l’association Defakto, Irfan le label, le chapiteau Latcho Drom (actuellement Le Machin à Coudre), le groupe de musique les Ogres de Barback et les Connexions Associatives. Nous occupons le Château de Verchaüs lieu grâce à une convention tripartite entre la société Lafarge, la Mairie de Viviers et notre association. Depuis le 01/12/2019, nous occupons également un nouveau lieu à Viviers : le Clos Saint Roch suite au séisme du 11/11/2019.

Le Château de Verchaüs, ancienne demeure d’Auguste Pavin de Lafarge, fut édifié à la fin du XIX°. C’est un monument qui s’inscrit dans un ensemble allant de la carrière à la cité blanche. Le château et ses environs sont des lieux importants pour l’histoire de la commune de Viviers. De nombreux vivarois sont passés par ces lieux : travailleurs dans les carrières, familles de travailleurs, commerçants de la cité, domestiques, jardiniers et habitants des différentes demeures Lafarge…

Précédent
Suivant

La construction

Le Château de Verchaüs fut construit entre 1880 et 1882, quand Auguste Pavin de Lafarge, troisième des 8 enfants de Léon, décida de faire édifier sa propre demeure. Les plans ont été conçus avec Édouard (son oncle) et Raphaël (son frère aîné). Auguste s’y installa après son mariage avec Bénédicte Roux de Brézieux en 1883. Le château fut construit au milieu d’un parc boisé, proche de la montagne. Le nom de Verchaüs signifierait « versant chaud » en patois (l’été, il était possible de privilégier les pièces du côté le plus frais, celui de la vallée). Le lieu de vie s’étageait sur trois niveaux et la tour contiguë au nord en comportait quatre. L’entrée se faisait du côté de la montagne, on traversait un hall, dallé de noir et blanc sur lequel donnait un grand bureau, deux salons, la salle à manger, la cuisine et une petite office. Au premier comme au deuxième étage, un couloir de tomettes vernies desservait les pièces côté montagne et côté vallée.

La vie au château...

Le Château de Verchaüs était un lieu très vivant, la famille y logeait, de nombreux domestiques y travaillaient, des réceptions et des dîners y étaient organisés. En plus de ses activités professionnelles, Auguste menait une carrière politique, il a été élu conseiller général de l’Ardèche en 1889 jusqu’à son décès en 1927. Tout au long de sa vie, il a reçu, dans sa demeure vivaroise, des nobles, des personnalités politiques et des riches industriels. Au-delà d’être la demeure des dirigeants Lafarge, le Château de Verchaüs était le lieu de rencontre où politiques et industriels se côtoyaient.

Aujourd'hui

L’association le Collectif du Château de Verchaüs s’est installé en 2005 dans la demeure, cette dernière était abandonnée depuis plus de 25 ans par la famille. L’association s’est donnée, entre autre, pour mission de restaurer l’ancienne demeure de la famille Lafarge et lui donner une seconde vie. La mutualisation des compétences, la solidarité et la persévérance de l’ensemble du collectif ont déjà permis de nombreuses avancées, aussi bien dans la restauration que dans la structuration d’un collectif fort, apte à mener de nouveaux projets.

Précédent
Suivant
Précédent
Suivant

Le Clos Saint Roch

Suite au séisme du 11/11/2019, certains résidents ont été contraints de quitter le Château de Verchaüs pour le Clos Saint Roch situé à Viviers (derrière la cathédrale).
La congrégation des sœurs de Saint-Roch est venue s’installer à Viviers en 1877 dans une ancienne maison de chanoine du XIII°. Rapidement, cette bâtisse devient trop petite pour leur usage. En 1926, elles réalisent un premier agrandissement en créant le bâtiment principal et la chapelle. Puis, elles réhabilitent une maison du XIX° siècle pour accueillir les novices. En 1960, elles réalisent un dernier agrandissement pour créer une infirmerie. (Source : La Tribune Yvonne Leclère et Le Dauphiné Libéré Laurent  Vanheeghe)